La licence informatique & vidéoludisme

licence-iv/logo.pngLa licence informatique & vidéoludisme est unique dans le paysage français. En plus de sa mineure “conception et programmation de jeux vidéo” qui lui donne son nom d'emprunt (puisqu'en réalité, elle s'appelle sobrement “licence informatique”), elle se distingue des autres licences d'informatique sur plusieurs points importants.

De l'informatique à 100%

Contrairement à ce qui se pratique dans la plupart des établissements d'enseignement supérieurs, la première année de notre licence n'est pas un “portail scientifique”. Chez nous commencent des études à 100% en informatique dès la première année. Concrètement, les étudiant·es qui sortent de notre licence ont fait de l'informatique pendant un an de plus que les autres à leur arrivée en master.

De l'informatique à taille humaine

Dès le premier semestre de la première année, tous les cours se font par groupe d'une trentaine d'étudiant·es, il n'y a donc pas de cours en amphi. Cela permet une proximité entre les enseignant·es et les étudiant·es qui fait défaut dans les amphis où un·e enseignant·e est contraint de s'adresser à une masse anonyme d'étudiant·es.

Un·e seul·e enseignant·e par cours pour chaque groupe ! Chaque enseignant·e est donc en charge des cours magistraux, des travaux dirigés et pratiques, des projets, et de l'évaluation de son cours. Cela permet de renforcer considérablement le suivi et l'encadrement des étudiant·es, et d'adapter les cours à la réalité de chaque groupe (et de chaque enseignant·e).

Autant que faire se peut, nous encourageons nos étudiant·es à persévérer dans leurs projets personnels, par exemple en leur proposant de travailler dessus pour valider un cours quand l'adéquation entre les deux le permet.

De l'informatique sur des ordinateurs

Sans nier la nécessité de comprendre ses fondements théoriques, nous encourageons une approche pragmatique de l'informatique : de la pratique vers la théorie, pas l'inverse. Il n'est donc pas question de voir des notions abstraites puis des exemples d'applications, mais au contraire d'étudier la théorie quand celle-ci est rendue nécessaire par la pratique.

Notre licence est conçue pour donner aux étudiant·es un éventail aussi large que possible de la science informatique au travers de la programmation. Dès la première année, nos étudiant·es voient pas moins de quatre paradigmes de programmation différents et plus du double de langages de programmation. En deuxième et troisième année, l'apprentissage et la pratique de la programmation sont poursuivis tout en abordant un maximum de domaines de l'informatique : l'algorithmique, l'intelligence artificielle, les systèmes, le réseau, les bases de données, la synthèse d'images, le parallélisme (GPU), le traitement automatique des langues, la compilation, la sécurité, etc.

Cette découverte en largeur de l'informatique par la pratique en profondeur de la programmation permet d'équiper au mieux nos étudiant·es pour leur poursuite d'études en master. En effet, l'aperçu des nombreux domaines de l'informatique dont illes disposent à travers notre formation leur permet de faire un choix éclairé de spécialisation pour leur master. D'ailleurs, nous avons d'excellents retours sur nos étudiant·es, aussi bien des formations dans lesquelles illes poursuivent leurs études que des entreprises dans lesquelles illes font leur stage ou alternance.

De l'informatique dans la société

Bien qu'elle passe avant tout par la pratique, notre formation en informatique n'est pas que technique, au contraire ! À notre connaissance, nous sommes la seule formation en informatique à inclure de manière obligatoire un cours d'histoire de l'informatique, qui a notamment pour objectif d'apporter à nos étudiant·es un recul critique sur la technologie, sur son rôle social dans l'histoire et dans le présent, et bien évidemment sur son impact environnemental. Nos étudiant·es doivent également suivre un cours intitulé “Droit, éthique, informatique” qui poursuit cette contextualisation de leur domaine d'étude dans la société.

Nous défendons une utilisation émancipatrice des technologies, et nous commençons par nous-mêmes : notre formation utilise exclusivement des logiciels libres, et il y a même un cours de troisième année qui consiste à amener les étudiant·es à faire une contribution au logiciel libre de leur choix.